Depuis plus de 5000 ans, chaque pays d’Asie a développé autour de la culture de l’arbre laquier des usages pratiques. Puis des vocations artistiques sont nées et poursuivent depuis plusieurs siècles leur évolution, faisant ainsi de la laque l’emblème majeure de la culture asiatique.

 

De ma découverte de cet art en France à l’apprentissage des pratiques traditionnelles en Asie avec la laque végétale, c’est l’histoire d’une passion au plaisir renouvelé quotidiennement dans ma pratique.

 

L’art du laque trace une continuité symbolique entre le végétal et l’humain.

Dans les gestes répétés,  nait un dialogue entre la matière première et les sens, comme un écho, une résonance.

La laque s’étale comme une peau faisant devenir l’objet laqué unique et précieux dans sa transformation au cours du temps.

Au delà de l’apparence, l’objet laqué offre une lumière cachée.

 

A contre courant du rythme actuel de nos vie, l’art du laque invite à la patience, à l’écoute et à la mesure.

L’arbre laquier offre à l’homme une sève précieuse. Mon désir est d’offrir en retour dans la sincérité de mon  travail, la représentation de mes observations patientes, la lumière d’un instant, une vision poétique de la vie.